Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Présences médias

Intro

Une famille « plus verte » dans le Bien Grandir

Mon test de grossesse passe à la télé !

Entendre la voix de feu mon papa à la radio nous parler de la Commune de Paris

Voir aussi :

Causes : Achat local ET bio

Causes : Les compétences transversales à la rescousse de la qualité du français chez les jeunes

Parentitude : Un "J'aime, j'aime pas", sauce virtuelle au gin tonic

Léonard : Recette de poulet au chocolat avec Passe-Carreau

Causes : La décolonisation au coeur des luttes actuelles

Causes : Appuyer localement les groupes de femmes pour atteindre l'égalité

Médias : intro

Affirmons-nous tout de suite : je suis friande des médias. Bien sûr, je garde un esprit critique (il faut me voir tempêter, argumenter avec la télé ou le journal, écrire des lettres aux lecteurs – parfois pour vrai, parfois seulement en esprit -, etc.). Mais je ne peux me passer d’eux. Je suis convaincue qu’il importe de varier ses sources, de rester constamment curieux et aux aguets – mais en tous cas, de ne pas se déconnecter des médias et donc de ne pas de déconnecter de ce que le reste de la population entend, lit, regarde. Je commence ce paragraphe par une affirmation car, dans certains des milieux que je fréquente, au boulot en particulier, c’est assez marginal que d’avouer écouter régulièrement la télé ! Voilà, je m’assume !

Mes préférés : Le Devoir (le dimanche, je tourne en ronds, comme en manque de quelque chose, jusqu’à ce que je me rende compte qu’il n’y a pas de Devoir le dimanche !!!), le Voir, L’Actualité (malgré des réserves), Le Nouvel Observateur et Courrier international; certaines émissions de télévision de Radio-Canada et de Télé-Québec; certaines émissions radio de Radio-Canada. Mon amoureux se moque gentiment de moi car je dévore aussi bien le Courrier international qu’une bonne revue à potins telle que Paris Match !!! Ben quoi il faut de tout pour faire un monde !!!

C’est bien beau Marie, mais la catégorie de ce blogue s’intitule « Présences » médias. C’est donc une revue de presse ??? Tu es si célèbre que ça ???

Mais non ! C’est seulement que, au fil des années, le hasard a fait en sorte que moi-même, Jef ou toute la petite famille réunie nous nous sommes retrouvés dans les médias. Certaines présences sont assez importantes, d’autres, tout simplement amusantes !!! En voici une liste non exhaustive. On verra lesquelles j’aurai envie de commenter... :

- Jef chante avec Marc Hervieux et Diane Dufresne lors du Gala Hommage à Claude Meunier;

· Une famille plus verte dans le Bien Grandir de Juillet-août 2007;

· Marie à La Vie en vert pour le projet Je m'emballe autrement;

· Jef, physiothérapeute de Gaston L’Heureux dans Le Samedi;

· Marie, ex-enseignante à ENJEUX de Radio-Canada du 15 novembre 2006;

· Mon test de grossesse passe à la télé !;

· Nos photos dans Les Aimants de Yves Pelletier;

· Trois entrevues en espagnol lors d’émissions de radio communautaire dans des bidonvilles de Lima;

· Chroniques radiophoniques sur l’art engagé et le tourisme responsable;

· Jef chante aux côtés de Philippe Schnobb, Sylvie Moreau, Benoît Brière, Pierre Flynn, Monique Giroux et Paule-Andrée Cassidy;

· Marie, ex-élève de l’école alternative Jonathan à Option Éducation avec Marc Laurendeau;

· Marie, zombie dans un vidéo-clip du groupe québécois heavy-metal Sword;

... C’est à suivre ! :)

Médias : Une famille "plus verte" dans le Bien Grandir

a63c0f8a62d055596933fd1c314840a0.jpg

Oh là là, que de choses à dire au sujet de cet article, paru dans le Bien Grandir de juillet-août 2007, dans lequel nous apparaissons en tant que « famille verte » !

Tout d’abord, merci à mon amie Isabelle, maman d’une famille qui valorise les produits locaux et qui m’inspire beaucoup.  C’est elle qui m’a référée à la journaliste, Marie Charbonniaud.

Puis, merci à Mme Charbonniaud, justement, et à toute l’équipe du magazine pour cette belle opportunité !

Évidemment, quand on donne une entrevue, on dit beaucoup plus de choses que ce qui peut être gardé dans le produit final.  Mais moi, vous savez, j’ai une grande gueule, et donc, j’ai envie d’ajouter mon grain de sel à cet article... ou plutôt une bonne salière ! J

Les trois premières choses que j’ai dites à la journaliste :

1)     Attention, nous ne sommes ni parfaits, ni puristes !  Pas question d’être dogmatique : nous avons du plaisir à poser certains gestes, tout simplement ! Et nous avons encore  beaucoup de « chemin à faire »: nous ne compostons pas, prenons l’avion presque chaque année, faisons des aller-retour au chalet presque toutes les fins de semaine...

2)     Ce qu’il y a d’extraordinaire dans le fait d’être des parents « écolos » - si on veut nous appeler ainsi – c’est que le fait d’avoir mis un enfant au monde a décuplé nos convictions. C’est Léonard, et ce seront ses propres enfants, qui souffriront des désastres environnementaux – ou qui pourront s’épanouir sur la Terre, si nous en prenons soin.  Pour moi, être parent écolo, c’est presqu’un pléonasme ! J

3)     Le respect de l’environnement, c’est être solidaire envers les générations futures. Et rien ne pourra changer (pour le mieux) tant qu’on ne se préoccupera pas des 80% de la population mondiale qui vit dans la pauvreté. Agir localement, c’est bien. Dans une perspective globale, c’est mieux. Poser des gestes de solidarité internationale... c’est vital. J’y reviendrai dans ce blogue, car pour moi, c’est primordial !

Bon bon !  Cela étant dit, que raconte-t-il, cet article ?! :

Dans les premiers paragraphes, on peut lire...

Lorsque Marie et Jean-François attendaient encore leur petit Léonard, ils savaient déjà qu’ils allaient devoir d’équiper, tester différents produits, laver davantage, s’entourer de jouets. « Nous avons proposé à nos amis de se cotiser pour acheter une poussette, plutôt que de multiplier les cadeaux.  

J’ai même pensé faire un shower sans cadeau, ou un shower 3NJ !!!  Merci à toutes celles qui nous ont aidé à nous procurer notre belle poussette rouge – et ultra légère, nous qui habitons un troisième étage !

Nous avons récupéré les meubles d’une tante,

Merci chère Carole !

Quelques vêtements de bébé auprès d’amis,

Merci Britta, Geneviève et les autres !

Et nous avons investi dans des couches en coton », précise-t-elle.

En fait, ce sont mes parents qui ont acheté le kit complet de Mère Hélène. Merci à eux du fond du cœur ! Je l’avoue, j’ai espéré recevoir un cadeau en particulier... un mobile équitable en bois, provenant du Sri Lanka, disponible aux Dix Mille Villages.  Ma tante France a répondu à l’appel.  Quel symbole que ce gardien des nuits de Léonard, lui dont le grand-papa par alliance est sri lankais ! J

« C’est le grand principe de la consommation écologique : « Consommez bien, consommez moins ! »  confirme Laure Waridel, fondatrice de l’organisme Équiterre.

WOW !  Laure est mon mentor (et une « collègue éloignée » que je croise parfois J).  Non seulement elle milite pour la consommation responsable, mais c’est surtout grâce à elle que le Québec connaît maintenant le commerce équitable – la solidarité internationale au quotidien.  C’est un honneur que d’être citée à ses côtés.  Les photos de sa famille en plein air, dans le magazine, sont magnifiques.

Et l’encadré avec la photo de Jef et Léonard, maintenant ! :

Nous utilisons des couches lavables et des débarbouillettes en coton pour langer notre bébé; du savon bio pour notre linge, que nous faisons sécher sur la corde à linge, dès que c’est possible.

Dans la famille, nous sommes des vrais freaks des cordes à linge. C’est à qui aura le plaisir de mettre les couches sur la corde, hihi !  Quant aux couches et aux débarbouillettes de coton, je suis vendue. On les apporte au chalet, partout, et Léonard ressemble à Linus dans Charlie Brown : il se promène continuellement avec une des dites « guénilles » – n’importe laquelle, en autant qu’il en a une dans une main !

Nous cousons nos étiquettes sur les vêtements de bébé et nous nous les prêtons entre amis.

En fait, on écrit nos initiales avec un feutre directement sur l’étiquette.  Nos vêtements font le tour de plusieurs familles... Des vêtements de bébé ça ne dure tellement pas longtemps, autant que tout le monde en profite !!!

Côté alimentation, nous nous approvisionnons auprès d’une ferme biologique locale, grâce au système du panier de légumes...

... du programme d’Agriculture soutenue par la communauté d’Équiterre. Quelles belles purées de bébé cela a donné !!!  Nous commandons aussi notre viande à une ferme bio qui livre au même endroit que notre ferme de légumes.  Neuf mois par année ! Devinez... les 3 mois restants, ce que je m’ennuie des légumes frais et locaux !

L’été, nous allons cueillir des pommes et des poires à Rougemont. 

... et des prunes (on les devine sur la photo !)

Nous voyageons toujours en sac à dos, en dormant chez l’habitant. 

Oups, celle-là, je l’expliciterai dans un autre post.  Ce n’est pas exactement ça : d’abord pas toujours – nous sommes allés une fois dans un tout inclus ! – ensuite, c’est plus une question de « tourisme responsable ».

Et pendant l’année, nous allons à pied à la garderie.

En fait, toute l’année, nous privilégions le cocktail transport : poussette, traîneau, vélo, transport en commun... et auto.

Cet encadré est à la fois flatteur (c’est vraiment chouette de voir son chum et son fils dans un magazine de cette façon !) et gênant (on dirait une liste de bonnes actions, un peu comme si nous étions des « modèles »... Ouh là pas « pantoute » !)

Voir aussi

Léonard : Chambre de bébé récup-exotique

Médias : Mon test de grossesse passe à la télé !

Cette histoire date de l’automne 2004, et j’aime bien son petit côté, euh... comment dirais-je... bref ?!  

Ma grande amie Marie-Hélène travaille dans le milieu du cinéma et de la télévision.  Elle crée, entre autres, les accessoires présents dans les décors et manipulés par les acteurs (ex. un mémo sur le frigo, un dépliant sur un spa, etc. etc. !) Un jour, pour l’émission Providence de Radio-Canada, elle a besoin d’un test de grossesse positif fraîchement fait.  Elle me passe un coup de fil : je peux passer chez toi ? Si tu acceptes de faire pipi sur un test, ça me rendrait service !

Ben coudonc... Ça me ferait plaisir, que je lui réponds !

Ce fut une de mes modestes contributions au monde de la télévision québécoise... (Et dire que je n'ai pas vu l'épisode en question !)

Médias : Entendre la voix de feu mon papa à la radio nous parler de la Commune de Paris

Le 18 mars 2015, ma mère m'écrit un courriel : « Marie, je viens d'entendre Jacques à la radio! »

Mon coeur bat la chamade; mon père est décédé 8 ans plus tôt. Comment cela est-ce possible?

Je dois attendre la fin de la journée pour aller au fond de l'histoire : pour la capsule historique À rebours, le recherchiste a voulu couvrir pour le 18 mars la Commune de Paris. En cherchant dans les archives de Radio-Canada, il est tombé sur une entrevue que mon père avait donné il y a des années sur son sujet de maîtrise en histoire - Réactions du Québec à la commune de Paris de 1871.

Imaginez la scène : ma mère rentre chez elle, les bras chargés de sacs d'épicerie. La radio restée ouverte diffuse la voix de mon père dans toute la maison! Je ne sais pas comment j'aurais réagi à sa place!

Le plus beau dans cette histoire, ce sont les extraits choisis. On y entend mon père parler de la première révolution non bourgeoise, de démocratie participative, d'assemblées citoyennes, etc. Du bonbon pour les oreilles :)

C'est une chose de regarder, inlassablement, des photos de nos êtres chers disparus.

C'en est une autre de réentendre leur voix.

Je ne m'en lasse pas…

Pour écouter, c'est par ici.