Léonard

Intro (Le Pitou de Cromagnon)

Marsupilamis à bord !

Rigolus, le sort impardonnable pour chatouilles magiques !

Histoires de battements de cœurs

Léonard et NoctuArt : Chassés-croisés de tétées et de musique

 

Ours colère et autres rhino féroces

 

Petit jambonneau de bonheur !

Chambre de bébé de style récup-exotique

Quand on se fait foncer dedans par une trottinette, faut ce qui faut !

Une bête de scène (sur la sienne et la nôtre !), une âme de metteur en scène

 

Empathie jurassico-préhistorique

 

Recette de poulet au chocolat avec Passe-Carreau

Léonard/Parentitude : Mes premières rencontres avec mon bébé

Une carte du monde comme plus beau cadeau de Noël !

Voyages/Léonard : Bonheurs par procuration

 

Voir aussi :

Catégorie : Parentitude

NoctuArt : Intro

Causes : Vive les couches lavables !

Cultures : Chapeau pour ton Bal, Félix !

Bonheurs : Fête d’anniversaire et préparatifs pour rénos et déménagement : tout un travail d’équipe en famille élargie !

Projets : Une cabane dans l’arbre à la manière de Shilvi et Popo

Bonheurs : Re-coup de foudre pour notre petit paradis terrestre... vu de l’eau

Bonheurs : La tomate cerise sur le petit farci

Bonheurs : Des engloutis heureux dans le vert

Bonheurs : 16 910 tatas au zoo, pour le meilleur et pour le pire

 

Bonheurs : Sur le plancher des vaches à la ferme Formido, formidable !

 

Bonheurs : Le scout, Ding et Dong et l’escargot

 

Bonheurs : Tag photo sur une planète près de chez nous !

Cultures : Trois coups de cœur musicaux en famille

Éducation : L'école régulière, une nouvelle aventure pour fiston... et pour maman !

Éducation : L'école des animaux, Montréal 2010

23:05 Publié dans Léonard | Lien permanent | Commentaires (0)

Léonard : intro (Le Pitou de Cromagnon)

Pour présenter Léonard (que nous appelons affectueusement le Pitou, le petit Pitou ou le gros Pitou), voici une chansonnette que nous entonnons régulièrement en famille.

Pour ceux et celles qui ont déjà été en camp de vacances, vous aurez reconnu la chanson L’homme de Cromagnon, revisitée ici bien sûr ! :

C’était en l’année 2005

 Il y a de ça deux ou trois ans

Vint au monde un être bizarre

Proche parent de l’orang-outang :

Debout sur ses pattes de derrière

Vêtu d’une couche en coton

Il allait conquérir les cœurs

C’était l’pitou de Cromagnon...

Un p’tit Pitou

Un moyen Pitou

Un gros Pitou...

Un Pitou d’Cromagnon, pam pam !

Pitou de Cro, de Magnon

Ce n’est pas du bidon

L’Pitou d’Cromagnon, pam pam !

Pitou de Cro, de Magnon

Ce n’est pas du bidon

L’Pitou d’Cromagnon, pam pam !

 

 

... Affirmer que cela nous émeut n’est pas peu dire. On adore mettre en scène des chansons avec notre petit garçon, qui nous le rend bien – il a-do-re !

22:45 Publié dans Léonard | Lien permanent | Commentaires (0)

Léonard : Marsupilamis à bord !

7302fb2a8b3b0441a9f73a8201676f2c.jpg

Un jour, en voyage, on s’arrête dans une Alliance française (à Kandy au Sri Lanka si ma mémoire ne me fait pas défaut, donc en 1998) et on se met à lire des BD (moi, fidèle à moi-même, je sirote un café aussi, évidemment!!!). Jef tombe sur Le Nid des Marsupilamis : hi-la-rant et a-do-ra-ble !!!  Vraiment, les scènes de flirt puis de famille sont chouettes comme tout.  De là, il n’y avait qu’un pas : quand nous attendions encore la naissance de Léonard, l’idée nous est venue de nous inspirer du dessin du Nid des Marsupilamis pour créer votre vignette « Bébé à bord ».  J’aime beaucoup ce que Jef a réussi à concocter...

Plus tard, j’ai découvert que Martine la Banlieusarde avait aussi créé sa propre vignette.  C’est charmant ! J

22:30 Publié dans Léonard | Lien permanent | Commentaires (3)

Léonard : Rigolus, le sort impardonnable pour chatouilles magiques !

Mon amoureux aime bien chatouiller Léonard, qui le lui rend bien, affirmant « ça chatouille ! » avec sa manière exquise de prononcer les voyelles, plus fermées, et rigolant à qui mieux mieux !  Et comme nous sommes en mode Harry Potter ces temps-ci (Jef vient de terminer le 7e volume, nous sommes allés voir le 5e film récemment et j’entame à mon tour le tome final), papa a décidé d’associer l’action de chatouiller fiston à un « sort impardonnable » de son crû : Rigolus !  (Bon, impardonnable, on s’entend : des câlins qui font rire, ça se pardonne de bon cœur !)                            

Je ne doute pas que, tout comme James et Lily l’ont fait pour Harry, nous ayons aussi créé un charme d’amour protecteur autour de Léonard !

22:20 Publié dans Léonard | Lien permanent | Commentaires (1)

Léonard : Histoires de battements de cœurs

Ce soir, un moment très tendre avec Léonard nous a rappelé le jour où nous l’avions surnommé « fum fum »...  

En effet, en octobre 2004, lors du premier rendez-vous de suivi de grossesse, nous avons entendu son cœur.  C’est fou comme la présence du bébé devient tout à coup à ce point réelle : les battements emplissaient la salle de consultation et nos oreilles avides – fum fum, fum fum, fum fum...

Pendant les 28 semaines qui ont suivi, notre bébé s’est appelé Fum fum (prononcer : foume foume !)

Ce soir, près de 3 ans plus tard, Léonard s’est mis à chantonner un air que ma mère lui a appris : « le coeur de mamie est petit tout petit petit... » J’ai alors eu l’idée de lui expliquer qu’il a un coeur qui fait boum boum dans sa poitrine, tout comme papa et maman.  D’abord surpris, il a accepté de coller sa tête contre son père et de tendre l’oreille.  Je ne sais quel a été le déclic, mais au fil de la soirée, il s’est installé contre papa, puis contre maman, puis s’est couché sur papa, couché sur maman...  Le corps complètement détendu, les yeux émerveillés, tendre, contemplatif, il est resté de longues minutes à écouter le cœur de ses parents. 

Je n’arrive pas à trouver les mots pour clore ce petit texte...

 

22:10 Publié dans Léonard | Lien permanent | Commentaires (0)

Léonard et NoctuArt : Chassés-croisés de tétées et de musique

Ceci est une note vraiment consacrée à Léonard... vraiment consacrée au NoctuArt... Pour éviter les doublons toutefois, rendez-vous ici.

22:05 Publié dans Léonard | Lien permanent | Commentaires (0)

Léonard : Ours colère et autres rhino féroces

74c2d5a29c57418fae306eac68880202.jpg

Petites digressions chez la famille de la Terre, ou comment voir le monde avec des mots nouveaux !  

Jef était déjà porté sur la chose avant la naissance de Léonard. D’abord, il aime repêcher des mots rarement utilisés dans la vie de tous les jours : après un match de badminton, il va faire ses ablutions; devant notre chat à la mine attentive, il dira qu’il est... circonspect ! (Yves P. Pelletier dirait qu’il fait preuve de mansuétude.  Un mini gag aux Mordus devenu un classique ici !)  Ensuite, mon amoureux aime bien transformer les mots. Ainsi, il donne parfois rendez-vous au métro... Rougemont; en Turquie, nous avons croisé bien des turquettes !

Léonard marche dans les traces de son père.  Remarquez, ce n’est pas bien difficile avec un papa qui s’amuse à appeler... non pas un chat un chat, mais un rhinocéros un rhino féroce ! Bon, c’est peut-être un peu moins intentionnel (!), mais fiston a rebaptisé Porcinet (le copain de Winnie l’ourson) en Cochonnette, et voilà-ti-pas que cette semaine il a commencé à parler des ours scolaires.... ou plutôt, croyons-nous, des ours colère.

Autre originalité chez nous ; certains cris ou signes pour identifier les animaux.  Bien sûr, le chat fait miaou et le canard coin coin (je dis bien sûr, mais ce n’est pas si évident que ça : en anglais, cocorico se dit cockadooladoo, et en espagnol, kirikiki !  Comme quoi !), mais je cherchais un truc pour distinguer l‘oie de l’autre volatile.  Alors quand on demande à Léonard que fait le loup, il répond : aououhh !; quand on lui demande que fait l’oie... il se dandine sur les fesses !

N.B. Léonard avait 5 mois sur la photo.  En pleine séance, il s’était endormi et nous avions installé autour de lui tous les toutous (magnifiques) qu’on a pu trouver dans la maison.  Imaginez la quantité que l’on trouve maintenant qu’il a 2 ans et 8 mois ?!  Cette photo ne peut qu’être dédiée à Mère Indigne et Martine la Banlieusarde !

 

22:00 Publié dans Léonard | Lien permanent | Commentaires (0)

Léonard : Petit jambonneau de bonheur !

1280647013.JPGCes derniers temps, j’aurais pu choisir de parler ici du « terrible two » de Léonard, que je pourrais renommer « bacon et spaghetti » (essayez de mettre un habit de neige à une tranche de bacon qui frétille dans une poêle ou de demander à une nouille de spaghetti cuite de marcher à vos côtés... !!!) Ou encore, des formidables moments de tendresse et de ses mots d’une douceur infinie (« je suis content que tu sois là », « je t’aime à la folie » et autres déclarations d’amour !) Ou encore, de ses nombreux coups de cœur culturels (Musti, Sol et Gobelet et Barbapapa en têtes de palmarès !)

Non, ce sont plutôt les loups et les marionnettes qui sont à l’origine de ce billet ! J  

Mon amoureux a un talent naturel pour manipuler les marionnettes (ou rendre n’importe quel toutou incroyablement expressif – c’est Mère Indigne qui serait catastrophée !)  Léonard a donc dès sa naissance vu son père s’amuser avec deux marionnettes – un mouton mauve (!) et un loup rose (re-!) achetées au Salon des Métiers d’art de Montréal (sur une des photos de l’album, où le petit porte un chandail de laine à rayures et un chapeau vert forêt, c’est la marionnette-mouton qui le fait réagir aussi joyeusement !).

Puis, ces derniers mois, Léonard s’est pris d’affection pour le conte des Trois petits cochons. Il a longtemps demandé à en regarder les images tout en écoutant la chanson « Promenons-nous dans les bois » du disque d’Henriette Major.  Logique, non ?  Pour moi, c’était simplissime : les 2 évoquent la présence d’un loup !  Puis, un jour, voilà-ti pas que mon fils m’explique que ce sont les petits cochons qui chantent «  Loup y es-tu ? »  Ben quin.  C’est tellement évident, vu comme ça !   

Tout ça pour dire qu’il est maintenant accro à la version enregistrée du conte, avec la voix de Marlène Joubert (et dont la musique de fond est celle de la chanson « Promenons-nous », bien sûr – il est perspicace mon garçon !); qu’il imite à la perfection la voix du loup : « ouvrez la porte, petits jambonneaux de misère ! »; et qu’il... manipule habilement la marionnette-loup !

Je capote !  Je capote !  Je capote !  

Oui, je sais, une mère, ça s’émerveille pour un rien.  Mais cela me fait tellement plaisir de voir mon fils tripper sur des histoires, des intonations, des chansons, et de l’exprimer avec créativité et humour !

1899312853.JPGAppelons cette période le « marvellous two », tout compte fait!

21:55 Publié dans Léonard | Lien permanent | Commentaires (1)

Léonard : Chambre de bébé de style récup-exotique

1030700864.jpgAvant de déménager, je me promettais bien de présenter ici la chambre de Léonard telle que préparée avant sa naissance; un exemple de plus qu’on peut créer quelque chose de personnalisé et plein de cachet sans surgamasiner !  Comme disait Laure Waridel dans l’article du Bien Grandir où l’on nous présente comme une famille « plus verte » : « Consommez bien, consommez moins ! »  Isabelle nous invitant sur son blogue à faire découvrir nos « vieilles affaires », j’en profite.  Bien sûr, je pourrais aussi présenter les magnifiques antiquités acquises par mes parents au fil des décennies, mais j’attendrai notre nouvelle maison pour cela.

Voici donc la chambre de Léonard décorée dans le style récup-exotique ! J Bon, premièrement, juste vous dire que c’est une pièce en forme de T, coincée au dessus de la cage d’escalier et donnant sur le balcon avant.  Plein de charme, quoi !

Deuxièmement, sachez que les anciens locataires avaient posé plusieurs couches de tuiles en vinyle sur le plancher de minces lattes de bois.  Pas fort !  Pour les arracher, dans diverses pièces de la maison, nous avons utilisé de l’eau chaude, des couteaux à bois, beaucoup de patience, une machine à sabler, du vernis.  Bingo !

Pour choisir les couleurs de la chambre, nous sommes partis d’un tissu sri lankais rapporté par mon beau-père et transformé en rideaux par ma mère (super truc : plus facile de trouver une couleur de peinture qui correspond à un tissu décoratif que d’essayer de trouver un accessoire de la couleur d’une peinture déjà choisie !).  Tous les meubles usagés de la chambre ont donc pris les teintes vertes et bleues...

- Ah !  Ah !  C’est que vous saviez que ce serait un garçon ?

- Que nenni ! Nous voulions un bébé-surprise, mais le vert et le bleu c’est joli pour un gars comme pour une fille, non ? !

... de la draperie en question.  Ce sont mon chum et mon papa qui ont peinturé le tout dans le sous-sol de ma grand-mère maternelle !  Vous ai-je dit que l’entraide est reine dans nos familles ?

1008884086.jpgCe magnifique banc de bois, qui fait aussi office de coffre à jouet, nous a été donné par ma tante Carole. (Elle-même l’avait reçu usagé et l’avait repeint en lilas !).  Remarquez les rideaux dont je vous parlais, ainsi que les housses à coussins sri lankaises elles aussi.  La bibliothèque du fond, un vieux truc en mélamine, a fait les frais de quelques coups de pinceau supplémentaires.  On devine aussi une petite tapisserie chinoise en soie, cadeau de ma copine Catherine de retour d’un stage en acuponcture au pays du... des... euh... de Confucius, quoi.

1389629023.jpgBon, voilà le lit !  Il appartenait... tenez-vous bien... au fils de la coiffeuse de la mère de mon amie !  Les draps bleus ont appartenu à une collègue de ma belle-sœur.  Parlions-nous de vieilles affaires ?  Ben à mon goût, ce sont parfois celles qui ont le plus de personnalité. Je laisse la parole à Diane Dufresne dans Paroles de femmes sur la vieillesse et la beauté : « Pour notre maison, on a acheté des tuiles, et c’est drôle de voir qu’aujourd’hui les tuiles qui sont parfaites coûtent moins cher que les tuiles usées.  Écoutez une minute : je vais l’user moi-même ma tuile !  Maintenant, tout ce qui est usé coûte plus cher.  Les jeans doivent être usés.  Et les êtres humains ne pourraient pas être usés ?  Non, non.  Aimez ce qui est usé ! »

Quant à la table à langer avec espaces de rangement dessous, elle fait partie du trio offert par ma tante, avec le banc et la chaise berçante.  Super pratique. 

705087928.jpgBon, là c’est le bout’ de tout’.  Vraiment touchant.  On voit que nous avions déjà prévu les crochets pour les couvre-couches en nylon, les instructions de la Mère Hélène soigneusement insérées dans un porte-document en rotin trouvé dans un bric-à-brac, les paniers prêts à recueillir les couches propres et assemblées...  Et Capuccino, loin de se douter du branle-bas de combat qui guettait la maisonnée, se prélassait sur la table à langer !  Vous devinez qu'il n'y a pas remis les pattes depuis un bon bout de temps !!!

Malheureusement, je n’ai pas de photo (et mon appareil numérique est loin d’être suffisamment apprivoisé pour faire ce job ce soir) de le tapisserie andine rapportée par mon papa quand j’étais ado et qui se trouve sur le mur opposé à la table à langer; on peut y lire le mot « sembrar » (semer), et on y voit des montagnes, des personnages, des arbres fruitiers, et des lamas ! 

783982013.jpgCi contre, voici une photo (pas super) du magnifique mobile équitable sri lankais provenant de Dix Mille Villages (merci chère France !).  Fallait que je termine par une note solidaire... la voilà !

Depuis 3 ans, je me sens toujours bien quand j’entre dans la chambre de Léonard.  Elle est maintenant beaucoup plus garnie (de jouets que monsieur Pitou transporte dans tous les coins), il y a un hamac de toutous au-dessus d’un petit lit sans barreaux, mais j’y retrouve la même chaleur qu’aux tout débuts !

21:50 Publié dans Léonard | Lien permanent | Commentaires (7)

Léonard : Quand on se fait foncer dedans par une trottinette, faut ce qui faut !

2097117007.JPGLéonard arbore déjà des cicatrices de joutes amicales. Eh oui, celles d’un petit garçon qui joue avec ses petits amis à la garderie.  Une éraflure au dos : c’est Victorin.  Au cou : c’est Corentin.  Au ventre : c’est Philistin (prénoms inventés pour l’occasion - 3 syllabes, en "in", wow !) (Ne vous en faites pas, il a aussi découvert le plaisir de recevoir de beaux baisers de ses petites amies, et il le leur rend bien ! J).  Bien entendu, il lui est aussi arrivé de taper les autres. Nous sommes intervenus et son éducatrice aussi. Outre les « conséquences » immédiates, nous avons longtemps expliqué à Léonard que, lorsqu’il n’est pas content, qu’un ami lui fait bobo, ou un mélange normal des deux, la solution n’est PAS de frapper à son tour mais bien d’aller dire à l’enfant qu’il « n’aime pas ça ! »

Nous ne croyions pas que le message avait été entendu à ce point !!!  Voyez plutôt :

La scène se déroule dans un tout petit parc d’Outremont coincé entre deux triplex.  Mon chum y emmène Léonard : il est le seul non hassidique et le seul homme en vue (ne vous inquiétez pas pour lui, nous nous sentons parfaitement à l’aise dans le quartier ! J’aurai sûrement l’occasion de raconter sur ce blogue comment la cohabitation s’est toujours faite harmonieusement de notre côté !). Tous deux se mettent à jouer au lion et à je ne sais trop quelle bibitte.  Léonard, son capuchon lui empêchant de bien voir sur les côtés, s’élance... BANG !  Un jeune garçon sur sa trottinette, de possiblement un bon 3 ans son aîné, lui fonce dedans à toute allure et le happe à la hauteur des yeux.  Léonard hurle et sanglote, et Jef le console selon nos méthodes : reconnaître ses émotions et les nommer.  Il se met donc à lui dire : « tu as eu peur, tu es fâché, mais tu sais, le petit garçon n’a pas fait exprès »…  Léonard relève la tête, marche d’un pas assuré vers le jeune et lui crie au visage : « J’aime pas ça, PETIT GARÇON ! »  Imaginez le moment de silence qui a suivi dans le parc !  Le petit garçon en question a accusé le coup, sonné. 

En tous cas, je remercie Léonard de cette belle leçon de vie, car il me faudrait parfois en crier, des « Je n’aime pas ça ! » de cette trempe ! 

1730026356.JPGQuant au coup du « PETIT GARÇON ! », cela nous fait hurler de rire chaque fois qu’on le raconte !

N.B. Les photos ont été prises un autre jour dans un autre parc dans un autre arrondissement (il y a plein de magnifiques parcs près de chez nous alors nous nous promenons de l'un à l'autre), Léonard n’a pas son capuchon sur la tête, mais bon...

21:45 Publié dans Léonard | Lien permanent | Commentaires (3)