Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Les trois notes les plus récentes


Bonjour à toutes et tous,

ces trois dernières années, j'ai peiné à rédiger ici des billets de blogue. Par contre, j'ai participé à un concours littéraire et ai été publiée dans le Huffington Post ! Cela méritait une mise à jour de mes écrits ici !

 

2014-11-06-MBG-thumb.pngCauses : La décolonisation au coeur des luttes actuelles

Pour illustrer à quel point la solidarité internationale fait partie de l'histoire du Québec, Pierre Beaudet raconte dans l'introduction de l'ouvrage Passer de la réflexion à l'action. Les grands enjeux de la coopération et de la solidarité internationale (2013) comment la population canadienne-française s'est mobilisée avec vigueur lorsque le Métis Louis Riel fut condamné à la pendaison en 1885. Plus de 50 000 personnes se sont alors rassemblées au Champ-de-Mars à Montréal pour exprimer leur indignation.

Par la suite, on ne peut pas dire que l'histoire des mouvements sociaux au Québec ait été marquée par une forte solidarité envers les Premières Nations. L'implication des jeunes en solidarité internationale et le changement des mentalités dans ce secteur pourraient-ils devenir un levier vers une autre manière de concevoir les relations entre les peuples? (Pour lire la suite)

 

Causes : Des piqûres de moustiques mortelles, une injustice géo-économique

 En juin 2013, j'ai participé au concours littéraire de l'Aide internationale pour l'enfance (AIPE). À mon grand étonnamment, j'ai remporté - ex-aequo avec une dame du Tchad - le prix de la catégorie adulte.

Pourquoi avoir écrit ce texte ? Parce que je devais trouver un moyen de canalisre la tristesse d'apprendre le décès d'une enfant de deux ans dans ma belle-famille sri lankaise dans un petit moment d'écriture.


Je viens de border mes enfants. Ils dorment paisiblement malgré les piqûres de

moustiques qui les démangent parfois. Je ne suis pas inquiète. Ce sont des moustiques
de la forêt boréale. Embêtants, comme chantait la Bolduc. Pas mortels. Ma cousine H. a aussi bordé son petit dernier le 26 mai. Pour la dernière fois. Piqué par un
moustique de trop dans son pays natal, en Asie, il est décédé de la fièvre dengue à
l'âge de deux ans et 4 mois. (Pour lire la suite)