Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Léonard : Empathie jurassico-préhistorique

Il était une fois lhomme.jpgUn soir, fiston m'appelle de son lit, dans sa nouvelle chambre.  Va-t-il me réexpliquer qu'il est un méchant lion et NON un lion gentil (Scar, PAS Simba, et il n'a même pas vu le film en entier) ?  Va-t-il me demander de lui expliquer la différence entre le Pays des Merveilles et le Pays imaginaire ?  Va-t-il me raconter, au passé simple avec des pauses musicales svp, l'histoire des Trois petits cochons (ou la variante du Petit chaperon rouge – tant qu'il y a un méchant loup, en fait !) ?  Va-t-il me réciter l'alphabet ou imiter le thème musical du crocodile qui a avalé un réveille-matin ?  Va-t-il me dire sa joie d'être mon "pirate de bain d'eau douce ?"

 

Toutes ces réponses pourraient être bonnes.  Sauf que ce soir, il préfère exprimer une empathie (qualité que j'apprécie tout particulièrement chez les gens) toute jurassique :

 

- Léonard, les yeux magnifiques tout embués : "Maman, pourquoi est-ce qu'ils sont partis, les dinosaures ?"

 

- Moi, troublée : "Eh bien, tu sais, même s'ils sont partis, nous avons de beaux souvenirs d'eux (c'est la première consolation après un deuil, je peux en témoigner) : nous avons trouvé des os, des empreintes dans les roches…"

 

- Léonard, les yeux plein d'espoir : "Tu veux dire qu'ils nous ont laissé des traces ?"

 

Oui, il a vraiment la fibre empathique, et analytique aussi, je crois !

 

Reste à lui expliquer les catastrophes qui ont conduit à leur disparition (je ne veux tellement pas lui faire peur) et même à justifier pourquoi les hommes préhistoriques tuent et découpent en morceaux les éléphants laineux (ou mammouths, pour les intimes).

 

Qu'est-ce qui m'a pris, aussi, d'écouter avec lui, quelques jours après cette anecdote, le premier épisode de Il était une fois... l'Homme ??? Ma fibre de fille d'historien-prof d'histoire ?  Mon propre passé de prof d'histoire ?  Un souhait inavoué de détrôner toute présence de Walt Disney dans ma maison (je ne voulais rien savoir, mais ça m'a rattrapée, et avons-le, ce n'est pas si terrible que ça, à faibles doses) ? Une envie irrépressible d'entendre l'œuvre de Bach en ouverture ? Heureusement qu'il y a dans cet épisode plein d'animaux, dont des dinosaures, des crocodiles, des singes et même un lion, pour atténuer le très fort sentiment d'injustice qui envahit mon fils lors de la scène de chasse au mouth, comme il dit !  Le lendemain, il voulait revoir le tout, mais a eu du mal à se faire consoler, tellement il en a été bouleversé.  On attendra décidément pour l'épisode de la Révolution française, et même pour tous les autres !

 

Tendre âme que la sienne…

 

21:35 Publié dans Léonard | Lien permanent | Commentaires (1)